Jean-Louis Brunati METAMORPHIC

Jean-Louis Brunati METAMORPHIC

Peindre

 

Je peins pour me comprendre, pour comprendre les autres, pour me faire comprendre;je peins pour comprendre ce que je fais et dire aux autres ce que je suis afin qu’ils se perdent avec moi dans les bois touffus de l’imaginaire, à travers l’éclair de quelques clairières.

Le peintre n‘a qu‘un message à adresser : « Regarde ce tableau », porte lui l’attention nécessaire car il se pourrait bien que tu y voies ce que moi-même je ne vois pas. Premier spectateur de mon tableau, à trop regarder cette image que je construis et détruis en la faisant, à force de dialoguer plus avec moi-même qu’avec lui, il peut m’arriver de ne plus le voir vraiment (en peinture).
Ce regard nous a protégé de la mort tout autant que les armes que nous avons forgées pour survivre et nous défendre. L’art, cette fiction nécessaire, s’est élancé parfois, surgissant plus ou moins nettement au flanc des années et des siècles.Ainsi la vie n’était plus la catastrophe qu’elle promettait d’être.
Je dirai donc que la tache de l’artiste est d’apprendre sans cesse à voir et à perfectionner sa vision, pour faire voir et faire imaginer, car c’est la même chose.
Nous vivons des temps où le regard sèche plus vite que l’encre sur le papier, or la sensibilité au monde et aux autres est notre plus ancienne conquête.
Bombardés d‘images nous subissons ce flux et nous en sommes aveuglés, sidérés ; aussi n’est-on plus capable de voir,
d’imaginer. Réapprendre à voir, nettoyer nos regards… Il s’agit de dynamiser,(dynamiter) l’imaginaire de celui qui regarde pour en faire un amateur au sens fort du terme, pour qu’il ose aimer la variété du monde et des tableaux du monde. Ainsi l’amateur et l’artiste, humides de sensations, humbles et joyeux se rejoignent, se supportent… et supportent la vie.



23/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres